Dossiers et revendications

Nous ne dirons pas beaucoup mieux que la CFDT Fonctions Publiques dont le communiqué est ici en PJ.
Ajoutons toutefois que cette mesure nous paraît aller dans le sens de l'égalité "hommes-femmes" puisque les femmes ont, seules, cette période sensible de la vie qui est la grossesse, période particulièrement sujette à des arrêts maladies subis.

Mme Delphine BATHO, Ministre de l'Ecologie, du Développement Durable et de l'énergie, a demandé à Mme MORELLET STEINER, sa directrice adjointe, de recevoir les syndicats de Météo-France.
Mme MORELLET STEINER est restée attentive aux développements des syndicats qui ont rappelé leur revendication première : un moratoire sur la restructuration territoriale et sur la ré-organisation (de la prévision / production). La CFDT-Météo a plus insisté sur le premier point que sur le second mais SPASMET et CGT ont bien décrit ce processus en cours qui vide de missions et d'activités les centres qui restent ouverts. FO a mis en avant le concept de « décroissance durable » soulignant des moyens (effectifs / budget) toujours en diminution.
Le mérite de Mme MORELLET STEINER est d'avoir saisi l'effet de ciseaux qui touche notre établissement : en plus des efforts à consentir pour la « maîtrise des dépenses publiques », de puissantes métamorphoses des métiers de la plupart des agents sont à l'oeuvre. Elle comprend ainsi la "perte de sens" exprimée par les représentants des personnels de Météo-France.


La réduction du « plafond d’emploi » de Météo-France pour l’année 2013 est indiquée dans les annexes du projet de loi de finances 2013 (PLF), projet de loi récemment présenté au Conseil des ministres et actuellement examiné en commission parlementaire.
Cette réduction est fixée à 99 emplois, le plafond d’emplois passant de 3409 à 3310. Cf. p. 23/23 du document ici en lien
Or, la direction avait fait part aux représentants des personnels d’un nombre de départs à la retraite égal à environ 85/90 personnes.
Le compte n’y est pas : nous ne sommes plus au « 1 sur 2 non remplacé » (50%), qui correspondait à 45 emplois mais au-delà de 100%, ce qui constitue un acharnement, une ardeur jusque-là jamais vus.
Pour la première fois de son histoire, l’Etablissement Météo-France voit des réductions d’emploi supérieures en nombre aux départs en retraite prévus
.
En comparaison avec la RGPP, les suppressions d’effectifs demandées sont plus que doublées !