Dossiers et revendications

La CFDT-Météo a déposé un préavis de grève pour la journée du 24 juin 2016.
Vous trouverez ici en lien le courrier au président-directeur général qui tient lieu de dépôt de préavis. 4 revendications sont explicitées et feront l'objet d'un débat entre la CFDT-Météo et la direction générale en début de semaine du 20 juin :
– un engagement à ce que figure dans le COP 2017 – 2021 signé avec l'Etat une mention visant les emplois à Météo-France (etc.) ;
– que la direction sursoie à la décision d'exclure l'intervention humaine dans la conception des bases de production amont tant que (etc.) ;
– que les fermetures de centres météorologiques cessent sur la durée du COP 2017 - 2021, et qu'en conséquence (etc.)
– que de véritables plans de mesures sociales soient proposés dans les jours qui viennent pour couvrir les mesures 2015 et 2016 ainsi que la période du COP.

Alors que les textes réglementaires sont sortis au journal officiel concernant PPCR et concernant les augmentations du point d'indice de 0,6 % en juillet 2016 et février 2017 (avec le Supplément Familial de Traitement à due concurrence), de nombreux agents de Météo-France attendent une augmentation de 2% de leur prime rétroactive à janvier... 2014.
Et pour 2015, qu'attend-t-on ?
Et pour 2016 ?
Et pour 2017 ?
Le gouvernement a annoncé exiger que les ministères et les opérateurs (donc Météo-France) n'engagent « aucune mesure catégorielle nouvelle », comprenez aucune mesure sociale, aucune revalorisation des rémunérations. Pour certains, les IPHA ne seront plus payés à partir de 2017. Un  « sur-effectifs », un bilan qui plonge et bing, une sanction sur le salaire...
Nous avons attiré l'attention du président-directeur général sur la nécessité de mesures sociales, lors du Comité Technique d'avril dernier.
Nous formulons ici des propositions en faveur des TSM et des ITM, tandis qu'un « protocole social » de 50 pages est en cours de négociation pour ce qui concerne les personnels communs Météo-DGAC. Désormais, chaque agent doit avoir conscience de ce sujet.
Chacun d'entre nous doit avoir conscience qu'il est nécessaire de valoriser notre travail et d'obtenir des propositions solides de la direction.
Notre pouvoir d'achat doit être défendu.

Parlons-en dans les assemblées générales (AG). Vous avez été nombreux à assister aux présentations, il est important maintenant de venir en débattre et de décider ensemble des réponses à envoyer à la direction comme à nos tutelles.
A l’issue de la tournée du PDG, parlons de l'avenir dans les AG organisées :

  • TOULOUSE : 31 Mai - DIRSO : 1 Juin - DIRO : 30 Mai

  • DIRNE : 2 Juin - DIRIC : 31 mai - DIRCE : 31 Mai.

Une AG a déjà eu lieu en DIRSE.

 

Lors de la réunion de conciliation du 25 février 2016, le PDG a annoncé que l'entrevue intersyndicale au ministère avait permis de clarifier l'avenir, en lui donnant une trajectoire de référence sur les effectifs. Il a alors proposé aux syndicats une réunion le 16 mars pour exposer de manière détaillée les conséquences de cette trajectoire en terme d'organisation. A travers les remontées issues des présentations du chantier 8, le personnel a largement exprimé son inquiétude et son manque d’adhésion envers des orientations où dominent l'incertitude et l'absence d'engagement. Les syndicats exigent aujourd'hui que le PDG de Météo-France communique officiellement et clairement, par écrit, à l'ensemble de l’établissement :
- La trajectoire d'effectifs pour la durée du COP, le nombre de départs en retraite estimé, le nombre de recrutements prévu, le type de l'embauche (niveau et statut)
- Le détail du réseau cible à échéance de 10 ans ; le nombre, la nature et la localisation des pôles de compétence annoncés
- Les régimes de travail envisagés ("Adaptation des temps de travail aux besoins des services" inscrite dans les "axes stratégiques").

Venez nombreuses et nombreux aux AG qui se tiennent à partir du 17 mars pour faire le point de la situation.
Listes des Assemblées Générales prévues :
CMS Lannion : 17 à 13h30, DIRN : 17 à 13h, DIRIC et Saint Mandé : 17 à 13h, DIRNE : 17 à 13h, Grenoble : 17 à 11h30, DIRO : 18 à 13h, DIRCE : 18 à 13h30, DIRSO : 18 à 14h, Toulouse 17 à 13h).

Les syndicats Solidaires, FO, CFDT et CGT de Météo-France, le 14 mars 2016.

Le contrat d'objectifs et de performance (COP) sera validé au 30 septembre. Le p-dg se rendra dans les directions jusqu'au mois de juin.
Nous avons obtenu en intersyndicale la trajectoire des effectifs à 5 ans. La CFDT-Météo n'est pas satisfaite de cette trajectoire. Mais l'Etat (le ministère) ne reviendra pas en arrière. La confusion au sein de l'Etablissement et un COP bâclé n'y changeront rien.

Devant les difficultés, en choisissant la politique de la chaise vide, on ne siège plus, on ne discute plus, on n'entend plus rien. La position est aisée, mais les contre-propositions ne sont ni avancées ni débattues. 
La CFDT-Météo choisit une position plus difficile : elle souhaite entendre, répondre, elle veut pouvoir exprimer et relayer des demandes, exiger des contre-parties, des aménagements. Il faut défendre les personnels.

Une période compliquée nous attend (- 350 agents sur la période du COP 2017-2021), le chantier n°1 doit maintenant être celui des mesures sociales. Nous ne voulons pas que les agents de Météo-France perdent sur tous les tableaux, comme lors de la dernière réorganisation.
Par ailleurs, les préoccupations locales sont légitimes et il convient donc de revenir en CHSCTSS et CTSS.
- la CFDT-Météo appelle à voter CONTRE le maintien des boycotts (ce maintien durerait jusqu'à juin)
- donner votre avis par mél est possible : envoyez votre message à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. jusqu'au 23 mars. Nous ferons un décompte des avis reçus par mél et en ferons part à l'intersyndicale.
Si vous votez en AG, que vous votiez pour ou contre, ne votez pas deux fois, soyez beau joueur !

 

La prestation Radio-France illustre une contradiction de la direction de notre Etablissement. Des ambitions dans le domaine des services – commerciaux ou autres – sont affichées tandis que la réticence à accorder des effectifs en fonction des besoins apparaît chaque jour. Explications dans l'article sous ce lien.
De plus en plus, les médias pourraient faire appel à des prévisionnistes sur place.
Sans prise de conscience de la part de la direction, la précarité des contrats risque de devenir celle de l'Unité Médias.