Suite à la mise en oeuvre des mesures d’urgence pour les agents de catégorie C, le décret 2014-75 procède à un ajustement des durées de certains échelons des premier et deuxième grades des corps relevant du nouvel espace statutaire de la catégorie B (NES), afin de tenir compte des nouvelles durées de carrière dans les corps et cadres d'emplois de catégorie C.
Or, ces ajustements techniques liés à la refonte de la grille de catégorie C pénalisent les agents des 10èmes échelons des deux premiers grades. La durée de cet échelon est allongée d’un an dans la nouvelle grille. Et dans la mesure où la reprise de l’ancienneté se fait aux 4/3, la durée passée par  chaque agent dans ces échelons est augmentée de 1 à 12 mois.
Cette pénalisation d’un nombre important d’agents n’est pas acceptable. Aussi, nous vous demandons de proposer très rapidement une mesure corrective dont la CFDT Fonctions publiques est prête à discuter avec vos services.

envoyé le 15 avril 2014.

A l'examen professionnel IESSA, les 2 admis sont des météos ! L'une du CNRM, l'autre de la DSO, 100 % météo, félicitations à eux.
Malheureusement, tous les météos n'ont pas été mis sur un pied d'égalité.
Les épreuves orales ont eu lieu le 4 mars dernier et on ne peut que déplorer l'attitude de DIRPF/D, un collègue IPEF qui refuse à ses collègues la prise en charge des billets d'avion pour aller passer l'oral alors que ceux-ci étaient admissibles. Nouveau DIR/D depuis 3 mois, il s'illustre et renvoie la charge des billets d'avion vers les agents.
Inabordables pour eux. Cela leur aura coûté toute chance d'accéder à la suite de l'examen.
Comment s'expliquer le geste ou le message que le DIR/D a voulu faire passer ? Qu'il est droit dans ses bottes sur le budget ?
Comment faire pour que la possibilité de payer un A/R par an soit prise en compte ? Qu'il montre un peu d'empathie ? Ferait-il pareil avec ses propres enfants ?
Cela interpelle ; les agents en directions outre mer devront-ils désormais subir une inéquité devant l'examen du fait de leur éloignement géographique ? Cette pratique ne nous paraît pas recevable.
Encore moins lorsqu'elle est assortie "en off" de la conviction quelque peu déplacée d'une "faible chance de réussite des candidats". L'IESSA ne serait pas pour les météos ? Malheureusement pour DIRPF/D, 2 collègues de métropole viennent prouver le contraire. Clap, clap, clap.
Les frais occasionnés à l'occasion de déplacements pour des épreuves d'admission à un examen ou concours sont en général pris en charge dans la limite de 1 par an, même si l'administration n'y est pas contrainte. Mauvaise pioche en DIRPF.

SPASMET-Solidaires indique dans un communiqué que « le jury n’est là que pour délibérer de la valeur professionnelle d’un agent sans prendre en compte aucune autre considération. Le reste, et la promotion en particulier étant du rôle de la CAP. »
Les choses sont toutefois encadrées ; l’arrêté de référence qui décrit cet examen, précise article 6 : « La liste des lauréat(e)s est soumise à la CAP compétente qui a connaissance du nombre total de points obtenus par chaque candidat(e) en vue de l’établissement, par le président-directeur général de Météo-France, du tableau d’avancement par ordre de mérite. »

Lire la suite : Bisbilles concernant la promotion de TS1 à CT