Accès au corps des attachés par examen professionnel : la date de clôture des inscriptions est fixée au vendredi 16 septembre 2016, terme de rigueur.
L'épreuve écrite d'admissibilité se déroulera le mercredi 5 octobre 2016.
Cet examen professionnel est ouvert aux assistant(e)s d'administration de l'aviation civile qui justifient, au 1er janvier 2016, d'au moins six années de services publics dans un corps ou cadre d'emploi de catégorie B ou de niveau équivalent.

(cf arrêté du 26 août publié le 8 septembre)

L'objectif de cette réunion était de discuter entre administration et organisations syndicales sur la répartition de la part variable du taux pro/pro (les postes à l’avancement affectés sur tel ou tel établissement après concertation);

Cette réunion peut se résumer très facilement : comment « déshabiller Paul pour habiller Jacques » ? La CFDT a d'autres propositions à faire ! Ici le compte-rendu de la CFDT Aviation Civile.

Ca bouge dans le sens où les CAP ont eu lieu :
CAP assistants du 10 février, ici l'ensemble des résultats
CAP des adjoints du 28 janvier
CAP des attachés du 3 février (à demander à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)
Par ailleurs, la CFDT à la DGAC revient sur le scandale des promotions perdues d'avance : à l'examen professionnel assistants, 1 adjoint sur 4 est exclu du plan de requalification.
Enfin, la CFDT DGAC se bat dans l'intérêt des personnels en tenant la dragée haute à l'administration dont les décisions pourraient constituer une attaque sans précédent contre les salaires à la DGAC avec une application sans discernement de la RIFSEEP, la désormais célèbre prime qui concernera tous les fonctionnaires, que nous évoquions dès fin 2013.
L'alternative est complexe : les agents intègrent le RIFSEEP, alors le risque est de ne plus pouvoir bénéficier de
revalorisation (notamment protocolaire), ou alors les agents conservent le régime indemnitaire actuel, et dans ce cas, impossible d’obtenir à l'avenir des revalorisations. La CFDT expose le problème quand d'autres ont jeté l'éponge, quittant la table de négociation.