Le compte rendu CFDT sur un groupe de travail sur les IT, dont les ITM !
Ce groupe de travail a été constitué entre le MAAF, le MEDDE, et les établissements publics (IGN + Météo France) avec l’objectif de donner des suites pratiques aux assises des métiers de l'ingénieur (tenues l'an passé), en tenant compte des contraintes :
- de réductions massives des effectifs
- d’améliorer la mobilité sans fusion des corps
Les représentants des personnels à Météo-France sont peu au courant.
Points abordés lors de cette réunion du 24 juin 2014 :
* Les modalités de gestion du corps
* Formation et Ecoles
* Parcours et mobilités
* GPEEC
Nouvelle réunion en fin de second trimestre 2014

Par ailleurs, nous avons appris ce jour 8 juillet 2014 (confirmation de la direction de Météo-France) que le ministère s'interroge sur la relance d'une fusion des corps avec un périmètre moins "ambitieux" que précédemment, à l'intérieur du seul MEDDE, pour les IT. ITM, IT de l'IGN et ITPE et d'autres corps seraient concernés : affaire à suivre de près !

La liste des postes proposés aux élèves ITM a été présentée le 5 juin dernier, avec 2 postes en plus que le nb de sortie d'école. Certains postes doivent être obligatoirement choisis.
Une commission d'affectation des élèves qui sortent d'école a été mise en place l'an passé, la nouvelle procédure de cette commission a été étudiée lors de d'une réunion direction / syndicats et elle sera mise en oeuvre le 10 juillet. Voici notre CR de cette réunion.

Sous l'égide de la DRH, Météo-France a entrepris de comparer les postes ITM pour en déduire un classement selon leur importance (« pesée des postes »).
Le premier objectif de cette démarche est de déterminer les postes fonctionnels, c'est à dire les 135 à 140 postes qui permettront à leur titulaire de toucher le Graal, c'est à dire la position CUT.
Météo-France peut rémunérer jusqu'à 120 agents en position CUT à compter de 2013 (cf. article sur les mesures sociales 2013).

Après un bilan sur les attentes des ingénieurs (notamment de meilleurs parcours professionnels et l'amélioration des conditions de mobilité), puis une table ronde sur les métiers, compétences et formations vus par les employeurs, les ingénieurs présents aux conclusions des assises des métiers ont assisté aux discours de 2 ministres, dont M. Ph Martin qui prenait ses fonctions.
Message essentiel : la fusion au rabais initiée par le gouvernement précédent est enterrée définitivement. La nouvelle est réjouissante, d'autant qu'elle s'accompagne de paroles rassurantes sur la place des ingénieurs, et invite à des réflexions pour consolider les possibilités de mobilité et les parcours professionnels.
La table ronde de l'après-midi portant sur ces sujets est prometteuse mais se révèle décevante : si les difficultés sont bien soulignées en terme de mobilité, très peu de solutions sont proposées, hormis l'évocation de facilitation de recrutement dans la fonction publique territoriale. Et lorsqu'on entend "quant à la mobilité, il n'y a pas de freins... mais on les connaît", cela laisse pantois.
La CFDT est intervenue pour souligner les écarts entre les ambitions affichées et les moyens mis en oeuvre.
In fine, tout juste est-il précisé un calendrier : en septembre, dans le cadre de l'agenda social, des propositions seront faites aux représentants des personnels.