Toutes les missions de Météo-France sont conservées, dans les plans de la direction. Pour autant, l'avenir est sans doute un des épisodes les plus difficiles et éprouvants que va traverser Météo-France depuis sa création. - 475 emplois, au moins - 3% chaque année pendant 5 années, ce serait du jamais vu.

Vous trouverez ici sur une page notre réaction à chaud concernant la présentation du p-dg de ce jour relative aux conséquences d'action publique 2022 sur Météo-France.

Le CEREMA est un Etablissement Public du ministère, centre d'études, d'expertise sur l'aménagement, l’environnement, la mobilité et l’aménagement. Cet etablissement est sur le même programme budgétaire que Météo-France. Pour répondre à des contraintes de baisse d'effectifs (AP2022), le directeur général du CEREMA avait violemment annoncé la fermeture de 4 sites de travail en Ile-de-France... Par simple mél. Sans discussion, sans concertation, sans réflexion (?), sans vergogne... Il a été désavoué par la secrétaire générale du ministère, le personnel s'est mobilisé (le Conseil d'Administration a notamment été envahi), et le directeur a finalement annoncé sa démission. Il écrit dans un courrier aux personnels (c'est nous qui mettons en gras le passage où ce DG fait "amende honorable") :

" Je tiens aussi à dire mes remerciements aux représentants du personnel du Cerema pour la qualité du dialogue social dans nos instances d’établissement. Même si je sais y avoir manqué dans la circonstance très singulière de mon annonce du mois d’octobre, qui n’a été précédée d’aucun dialogue, je veux souligner que nous avons su nouer avec la grande majorité de vos représentants un vrai dialogue, avec des échanges authentiques, du respect mutuel et une forme de confiance mutuelle même sur nos sujets de désaccord."

Une ordonnance (relative au "renforcement de la négociation collective") prévoit la possibilité pour l’employeur de soumettre à référendum des « accords » élaborés par lui-même, dans les entreprises de moins de 11 salariés, ou jusqu’à 20 salariés en cas d’absence de délégué syndical et d’élus.
Pour la CFDT, c'est un contournement total des règles du dialogue social et des organisations syndicales dans les entreprises de petite taille.
En l'espèce, l'employeur prend la décision unilatérale de proposer un document aux salariés. Qualifier ce document d'« accord collectif » est abusif, nul et non avenu, notamment au vu des textes qui encadrent les ordonnances.
Le mémoire de la CFDT est ici en ligne.
Pour un article plus complet sur le sujet, cliquer ici.

La CFDT-Météo défend le commerce à Météo-France et espère que tous les collègues le défendront.
Dans le cadre de l’action publique 2022, la direction réfléchit à différentes pistes pour réduire les effectifs de 450 à 500 ETP sur 5 ans, contre 350 prévus initialement (dans le "schéma d'emploi" lié au Contrat d'Objectif et de Performance). Une des options est l'abandon de l'activité commerciale à Météo-France.

Pour la CFDT-Météo, le commerce est une composante indispensable de la vie de l’Établissement. Perdre le commerce, c’est se marginaliser et ne devenir qu'un fournisseur de données de nos concurrents du privé. C'est d'ailleurs le "modèle  américain", toutes les données sont mises à disposition de fournisseurs de service qui vendent leurs prestations. Météo-France se bornerait quasiment à la production de la carte de vigilance et aux données publiques.
Les activités commerciales à Météo-France concernent directement plus de 500 personnes, en particulier les ingénieurs commerciaux et les prévis-conseil.
Toucher au commerce, c’est s’attaquer également à d’autres activités de l’Établissement, dont la prévision qui n’a pas besoin de ça !
En perdant l’activité commerciale, l’Etablissement change de nature et ne serait pas loin de redevenir une administration, voire de redevenir une simple direction d'une entité plus grande. A terme, le risque est de ne plus avoir d'existence en tant que telle.

Pour la CFDT-Météo c’est non à la fin du commerce à Météo-France !

Malheureusement, la "cible" est connue. Un Météo-France à 2500 agents.
Et l'art de la litote nous permet de le dire : Météo-France n'est pas gâté...

Le cyclone destructeur à l'oeil CAP22, vient percuter Météo-France sous l'influence de Jupiter... cliquez ici

Message intersyndical :

Lors de la rencontre DG/Syndicats du 20 novembre 2017, le PDG a présenté les travaux du GT météo 2022, soit 9 fiches décrivant sans détail des pistes de réorganisations, fusions, abandons de missions, déménagements,... Ces fiches sont en ligne sur intramet. Le GT météo 2022 doit les préciser. Ensuite, en faisant des choix parmi ces pistes, la direction fera des propositions au ministre de tutelle.

Les syndicats Solidaires, FO, CFDT et CGT de Météo-France :
* demandent à la direction de communiquer clairement et franchement vers les personnels sur ces sujets qui engagent l'avenir de l'établissement et de ses personnels.
* incitent tous les personnels travaillant à Météo-France à participer aux heures mensuelles d'information (HMI) syndicales qui vont être organisées d'ici la fin de l'année. Les dates et heures de ces HMI vous seront communiquées localement par les militants syndicaux.

Les syndicats Solidaires, FO, CFDT et CGT de Météo-France