Ce lundi 18 juin, une rencontre entre le gouvernement et les représentants des fonctionnaires a lieu à Bercy au sujet des rémunération.
L'occasion pour la CFDT de faire part de ses revendications en la matière.

La CFDT demande que des mesures générales soient prises : augmentation de la valeur du point ; attribution uniforme de points d’indice, suppression du jour de carence. Elle rappelle aussi que les dispositions du protocole PPCR visaient à l’amélioration des déroulements de carrière de tou.te.s et que certains textes ne sont toujours pas parus ! Cette revalorisation des grilles se doublait d’un engagement à mener régulièrement des négociations salariales.
La CFDT exige que le Gouvernement s’engage concrètement dans l'égalité hommes/femmes par des mesures sur l’amélioration des grilles de rémunérations des filières féminisées qui sont en décalage défavorable par rapport aux corps et cadres d’emplois traditionnellement plus masculins.
La participation financière des employeurs à la protection complémentaire en santé et prévoyance pour les agents publics est un autre axe de revendication de la CFDT.
Le dispositif de compensation de la hausse de la CSG décidé par le Gouvernement est dégressif de fait à compter de 2020. Pour la CFDT, c’est inacceptable : les fonctionnaires n’ont pas vu leur pouvoir d’achat augmenter en dépit des annonces et promesses faites par le candidat Emmanuel Macron.

Il faudra aussi traiter d'indemnités diverses :
En 2017, le ministre de l’action et des comptes publics avait pris l’engagement de revoir très rapidement les indemnités kilométriques et les frais de mission. Engagement toujours sans réponse concrète à ce jour. La revalorisation des astreintes, du travail de nuit, du le temps de travail supplémentaire (ex. revaloriser l’indemnisation des jours épargnés sur le CET, non revue depuis 2009). Sont aussi attendues : la publication des textes nécessaires à la mise en œuvre de la GIPA pour 2018 et la mise en œuvre de l’indemnité kilométrique vélo qui a fait l’objet d’un vote unanimement favorable en avril 2017 et pour laquelle aucun décret n’est encore paru...

La direction générale souhaite faire évoluer les règles de temps de travail à Météo-France. Ses projets ne sont pas flous mais très précis et tout à fait en phase avec le train de réforme qu'elle mène dans le cadre d'Action Publique 2022.

S'il n'y a à ce stade que peu de progrès pour les agents dans ses propositions (mais il y en a !), les discussions se poursuivent.

Ici notre compte-rendu.

Le 1er février, le Premier ministre a ouvert un chantier intitulé « vers un nouveau contrat social avec les agents publics » organisé en quatre axes :
     - Dialogue social
     - Rémunération plus individualisée
     - Accompagnement renforcé en matière de parcours professionnels
     - Élargissement du recours au contractuels.
La concertation avec les organisations syndicales doit durer jusqu'à 2019.

La CFDT-Météo propose un décryptage ici en lien de ce programme Action Publique 2002, au niveau national.
Il y a eu des annonces médiatiques, il y a la réalité des écrits gouvernementaux. Nous présentons certaines des exigences CFDT, notamment sur les thèmes du dialogue social, de la rémunération ou des indemnités (les "frais de mission" font l'objet d'un groupe de travail national inter-fonctions publiques), et sur la défense des agents contractuels.

Autant pour protester contre les mesures du gouvernement qui visent la fonction publique et détériorent le pouvoir d'achat des agents publics, que pour rappeler le refus des projets de restructurations de notre Etablissement telles que prévues par la direction (automatisation massive, disparition excessive des implantations territoriales), la CFDT-Météo appelle à la grève et aux manifestations ce mardi 22 mai.

Ici le communiqué intersyndical ainsi qu'un communiqué de presse "Trump - Macron" évoquant les situations malheureusement très semblables aux USA et en France quant au manque de soutien des services météorologiques.
Une lettre aux usagers a été diffusée par l'intersyndicale au niveau national.

Vous avez été nombreuses et nombreux à répondre au questionnaire sur le temps de travail que nous vous avons soumis l'été dernier et nous vous en remercions. Grâce aux 825 participant-e-s à cette enquête et une diversité des profils très représentative de l'ensemble des personnels de Météo-France, nous disposons ainsi d'une photographie fort instructive sur laquelle nous pouvons nous appuyer pour vous défendre.
En cette période trouble pour l'établissement, et face aux projets funestes de la direction concernant plus particulièrement le temps de travail, c'est un outil précieux pour identifier les problématiques que vous rencontrez, affiner nos analyses et confronter la direction aux réalités.

Nous publions ici les résultats bruts* de cette enquête.

Encore un grand merci à toutes et tous.

*ces résultats chiffrés sont complétés par vos réponses ouvertes. Pour des raisons de lisibilité, ces réponses ouvertes ne sont pas reproduites dans ce document.