L'actualité de Météo-France, vue par la Cfdt-Météo

Comme de nombreux collègues, les membres de la CFDT-Météo s'interrogent, échangent, discutent autour du projet d'évolution du système de retraite en France. L'inquiétude est parfois vive au vu du flou entretenu par le gouvernement dont on attend des propositions concrètes dans les prochains jours. Ce sont celles-ci qui seront déterminantes pour décider de se joindre ou non aux appels à l'action. La CFDT-Météo se place ainsi pleinement dans la problématique telle qu'elle a été exposée par le secrétaire général de la CFDT.

M. Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, premier syndicat en France, a été interrogé sur RTL la veille du 5 décembre. Nous retranscrivons ses propos in extenso dans un document de questions-réponses sur 3 pages.

Pour accéder à la version vidéo de cette interview, c'est ici. Un résumé suit ci-dessous.
Laurent Berger a d'abord rappelé que les tensions viennent du fait que « Pour l’instant, nous n’avons pas le début de commencement de l’écriture d’un projet de loi. La responsabilité de la défiance est du côté du gouvernement. »

Il précise que p
our la CFDT, après des réformes financières (2003, 2013) qui ont demandé des efforts, est venu le temps de l’équité, de la solidarité et de la justice. La CFDT porte depuis 2006 une demande pour un système universel des retraites afin de prendre en compte ceux qui, aujourd’hui, sont sanctionnés dans notre système et ils sont nombreux : les femmes qui ont 40% de retraite en moins en moyenne par rapport aux hommes.

La CFDT est donc favorable à u
n régime universel des retraites. Il insiste sur ce sujet : Pourquoi ? Parce que nous sommes plus solidaires quand nous sommes attachés au même système de protection sociale.

Un système universel ne veut pas dire un système uniforme ; il y a nécessité de prendre en compte les spécificités professionnelles. Laurent Berger indique : il faut tenir compte des spécificités et des situations professionnelles. On ne peut pas demander la même chose à tel ou tel salarié en terme de durée de travail parce que [...] vous avez des situations de travail pénibles. Il donne différents exemples.

Enfin, le gouvernement est interpellé car il a « plusieurs voix discordantes et ne met pas les choses sur la table. Ils ne disent pas tous la même chose. Ce qu’il faut dire c’est que la confiance ne se décrète pas, ça se construit. Je ne suis pas d’accord avec le gouvernement parce qu’il a laissé penser que le sujet était à la fois une question d’équilibre budgétaire et à la fois une question de se « payer » les régimes spéciaux. Ce qui est totalement absurde. »

Laurent Berger conclut : « il [le gouvernement] n’a pas défini un modèle de développement qui réduit les inégalités, qui créé de la justice sociale et en même temps s’inscrit dans le 21ème siècle, c’est-à-dire dans la nécessité de la transition écologique, d’un mode de développement plus sobre et qui en même temps soit plus juste. » faisant écho au pacte du pouvoir de vivre (cliquer sur ce lien pour plus d'informations), aujourd’hui soutenu par 50 d’entre elles, qui appelle de ses vœux : un projet de société qui prendrait en compte les enjeux sociaux, environnementaux et économiques.

Pour conclure sur le sujet des retraites, vous pouvez retrouver ici les 7 revendications fondamentales de la CFDT, et/ou, pour "creuser" le sujet, lire notre article de fin novembre "réformer le système des retraites, pourquoi, comment ?".

Il est clair qu'avec tout ce qu'on entend, on peut se demander pourquoi réformer le système des retraites !
Peut-on aller vers plus de justice ? La CFDT, sur ce tract de deux pages souligne ses revendications dans le cadre d'un nouveau système de retraite. La fin du tract met en évidence la différence d'appréciation avec ceux qui refusent toute réforme.
 
- pourquoi réformer ? la planche 9 est particulièrement éclairante sur les défauts du système actuel

- comment réformer ? la planche 14 met en avant qu'en conservant un système par répartition, y compris à points, on peut et on doit garantir 100% des droits acquis et des "deals passés". La planche 17 lutte contre le sentiment que les fonctionnaires seraient mieux traités que les autres en terme de niveau de retraite. Avec un système par points, ce sentiment sera de toute façon éliminé (chaque € cotisé rapportera la même chose à tout le monde).

- pour quels nouveaux droits ? la planche 24 explique que l'on passe d'une logique d'assurance à une logique de temps libre.
Et la 27ième et dernière planche compare la situation des français aujourd'hui à la vie il y a un siècle. Elle montre plusieurs choses, et notamment que, puisque notre vie s'est allongée de 20 à 30 ans... en moyenne par nuit, on dort 20 à 30 % de moins qu'il y a un siècle...
 
Enfin, pour préciser la position de la CFDT au sujet de la mobilisation du 5 décembre (extraits du site cfdt.fr) :

La CFDT participe activement aux concertations avec le Haut-Commissariat depuis 18 mois et s’est félicitée à nombreuses reprises de la qualité et de la richesse des échanges. Les déclarations du Premier ministre laissant entendre un allongement la durée de cotisation ont jeté le trouble. Ces propos sont en totale contradiction avec les engagements du Président de la République qui annonçait une réforme structurelle et non budgétaire. « Nous demandons au Président d’appliquer son programme », a souligné avec une pointe d’ironie le secrétaire général de la CFDT.

Alors que les esprits s’échauffent et que d’autres organisations syndicales appellent à une mobilisation le 5 décembre prochain, le Bureau national de la CFDT a réaffirmé sa position afin d’engager un rapport de force avec le gouvernement, sur des positions claires.
La CFDT réaffirme son refus de toute mesure sur l’âge ou la durée de cotisation. Ces mesures "paramétriques" toucheraient lourdement les populations les plus fragiles.
La CFDT réaffirme en revanche la nécessité de réformer en profondeur le système en créant « un système de retraite universel où tous les actifs, du public comme du privé, seraient solidaires ».

Une position qui explique pourquoi la CFDT n’appelle pas à la mobilisation du 5 décembre dont le mot d’ordre est clairement le refus de toute réforme des retraites. « Nous défendons l’idée d’une réforme systémique des retraites depuis 2010, a rappelé Laurent Berger. Si nous devons nous mobiliser dans l’avenir, cela ne sera pas en opposition à l’idée d’un système universel. C’est un vrai point de désaccord avec d’autres organisations syndicales. »

 

L'intersyndicale CGT, FO, CFDT, FSU multiplie les démarches au sein de notre ministère pour souligner que le gouvernement ne nous soutient pas.
Le Canard Enchainé s'est intéressé à la chose et prend comme premier exemple Météo-France, reprenant des termes d'un dossier de presse : on va supprimer 500 emplois à Météo-France, le climatosceptique Trump "en supprime "seulement" 250 à l'agence météo US".
CQFD