L'actualité de Météo-France, vue par la Cfdt-Météo

Ce vendredi 27 mars, une réunion a eu lieu entre le Président de la République, le Premier ministre, les ministres de l’Economie, du Travail, de la Santé et des organisations syndicales et patronales.
Vous trouverez ici en lien un compte-rendu sur trois pages qui résume ces échanges qui ont duré 2h30.

Le Président a fait part du besoin d’échanges dans ce moment particulier de la vie de la nation. Traverser cette crise sanitaire et protéger les citoyens nécessite une unité. Il y aura un coût économique et social. Le président a fait part du besoin d’avis des organisations syndicales et patronales, et de leur participation pour « faire oeuvre utile pour la nation ». La CFDT a insisté sur 6 points :
    - 1. L’urgence, c’est la situation sanitaire et donc la situation des soignants.
    - 2. Des millions de salariés sont à leur poste aujourd’hui. D’autres sont en télétravail.
    - 3. Ce que nous traversons est un reflet des inégalités (sociales, de logement, de revenus, éducatifs)
    - 4. L’impact économique et social est très fort
    - 5. La coordination européenne est indispensable
    - 6. Au niveau national c’est le tripartisme qui permettra de trouver les solutions.
Puis les autres partenaires sociaux invités se sont exprimés. Les ministre du Travail, de l’Economie ont fait part des priorités du moment, le président a remercié chacun de sa responsabilité.

La loi n° 2020-290 d'urgence sanitaire pour faire face à l'épidémie de Coronavirus (covid 19) a pris effet. Voici en lien les dispositions applicables aux agents publics sur 3 pages, elles concernent :
    - la suppression du jour de carence jusqu’à la fin de l’état d'urgence sanitaire
    - des possibilités d'ordonnances :
           * pour permettre aux employeurs d'imposer ou de modifier unilatéralement les dates des jours de RTT, de CET
           * pour les concours ou examens,
           * pour préserver la santé des agents publics dans le cadre des élections des maires, adjoints, etc.

A Météo-France, avec le dialogue hebdomadaire instauré entre représentants des personnels et la direction (CHSCT-EP sous la présidence de la p-dg), les conditions de travail ont pu être discutées. La question (reports) des congés en période de confinement a été précisée ce 25 mars au matin, celle relative aux bilans a été tranchée lors du CHSCT-EP du 17 mars : la direction a accepté, a minima, de figer les bilans au 15 mars pour ne pas les voir s'effondrer. Evidemment, les bilans qui augmentent ne seront pas figés. Ces décisions ont permis de préciser la "foire aux questions" de référence et en ligne sur le fil d'informations de la DG (cf. Page 5). Ce fil d'infos est accessible par le mot de passe que vous connaissez.

Pour toute question relative à la gestion de crise sanitaire au sein de l'Etablissement, l'adresse e-mail de référence est : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Enfin, sans lien direct avec Météo-France, on notera sur ce sujet du Coronavirus et de ses impacts sur les personnels des entreprises privées ou du public :
      - le très complet Questions / Réponses de la CFDT (avec une "calculette", nécessité de se déconnecter au réseau MF)
      - la demande de la CFDT de ne pas distribuer de dividende aux actionnaires cette année, par souci de solidarité

 

Nous écrire :Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Le projet de loi portant sur la réforme du système de retraite en France a été adopté en première lecture par les députés, après un piteux recours à l'article 49.3 de la Constitution, faisant suite à un piteuse "obstruction parlementaire". Ce projet sera débattu pas les sénateurs à partir du 20 avril. « Le recours au 49.3 est révélateur de l’incapacité de la représentation nationale d’aller au fond des débats sur une réforme fondamentale qui touche à l’un des principaux piliers de notre système de protection sociale, regrette Laurent Berger. C’est désastreux pour notre démocratie. »

En ce qui concerne le contenu même du texte (qui a été enrichi par quelque 200 amendements issus de la majorité et de l’opposition), la CFDT déplore que ses deux principales revendications n’y figurent pas. Il n’existe aucune avancée sur l’extension des mesures pénibilité aux charges lourdes et aux gestes répétitifs et il n’y a pas de clause de sauvegarde qui garantirait aux agents de la fonction publique qui n’ont pas ou très peu de primes de ne pas subir de perte à la retraite lors du passage au nouveau système. « En l’état, le projet ne répond pas aux enjeux de justice sociale », résume Laurent Berger.
La partie n’est cependant pas jouée. Les sénateurs peuvent agir, le gouvernement peut amender la loi en deuxième lecture à l’Assemblée. Dans une lettre adressée aux partenaires sociaux le jour même du 49.3, le Premier ministre s’y est engagé, assurant vouloir y intégrer les conclusions de la conférence de financement et des mesures relatives à la pénibilité au travail afin de mieux prendre en compte la diversité des carrières. Cette ouverture notable doit à présent trouver sa concrétisation dans le projet de loi instituant un système universel de retraite. La CFDT y veillera.

La CFDT sensibilise les parlementaires, les élus, les ministres, les responsables d'administration. Les fonctionnaires et contractuels nés à compter de 1975 bénéficieront du compte personnel de prévention (C2P) à compter de 2025 en étant crédité "du stock de points correspondant aux expositions subies pendant les années 2022 à 2024”. Ainsi, la CFDT-Météo prend sa part de travail et interpelle la présidente-directrice générale de Météo-France notamment au sujet de la pénibilité des nuits à Météo-France. Ici notre courrier.
Pour mémoire, le C2P du secteur privé permet aujourd’hui de partir à la retraite jusqu’à deux ans avant l’âge légal, en fonction de l’exposition aux facteurs de pénibilité.